L'HYPERMETROPIE

Œil hypermétrope (en haut), œil hypermétrope corrigé par une lentille convergente (en bas)

l'hypermétropie est le contraire de la myopie: les objets distants seraient focalisés en arrière de la rétine à travers l'œil hypermétrope au repos.

«Seraient», car les rayons lumineux ne peuvent évidemment pas traverser la paroi oculaire.

«Au repos», c’est-à-dire sans intervention de l'accommodation qui correspond à un mécanisme d'autofocus physiologique qui tend à masquer, dans la mesure du possible, l'hypermétropie.

L'œil, toujours au repos, verrait les objets d'autant plus flous qu'ils se rapprochent. Cette définition ne rend pas compte du vécu de l'hypermétrope du fait de la faculté accommodative de l'œil.

La faculté accommodative existe pour deux raisons:

> la petite taille de l'œil à la naissance et la perspective de croissance de l'œil. Tous les enfants qui auront une vue normale à la fin de leur croissance oculaire (10-12 ans) ont été des hypermétropes qui l'ignoraient. Un certain degré d'hypermétropie est donc nécessaire chez l'enfant : c'est l'hypermétropie physiologique, par opposition à l'hypermétropie-amétropie, stricto sensu.

> la nécessité d'augmenter la puissance dioptrique de l'œil pour la vision de près. L'accommodation décroît avec les années pour disparaître complètement vers 55 ans. Cette perte de l'autofocus physiologique est le résultat de la diminution progressive depuis l'enfance de la plasticité du cortex cristallinien et de l'élasticité de la capsule cristallinienne. Cette perte de l'élasticité de la capsule, rend la chirurgie de la presbytie en vue d'un ersatz cristallinien utopique.

Cette association réflexe de l'accommodation et de la vision de près, c’est-à-dire de la convergence, rend compte du rôle majeur de l'hypermétropie dans les strabismes convergents.

En cas d'hypermétropie amétropie, l'hyper-accommodation permanente peut entraîner également une fatigue visuelle et se révèle fréquemment par une pseudo presbytie précoce.

Causes possibles:

> L’hypermétropie est l'inadéquation de la puissance de l'œil par rapport à sa longueur.

Schématiquement, on peut distinguer:

> L'hypermétropie axiale (forme la plus fréquente) où la longueur du globe oculaire est plus courte pour une puissance statistiquement normale. Il existe habituellement à la naissance une hypermétropie axiale de 2 ou 3 dioptries qui diminue progressivement jusqu’à l’adolescence avec le développement de l’œil.

L’hypermétropie de puissance est en revanche attribuée à une puissance trop faible de l’œil par rapport à sa longueur, elle normale. Comme dans le cas de la myopie, l’hypermétropie de puissance peut être due soit à une anomalie de la courbure d’un dioptre oculaire, soit à une modification de l’indice de réfraction d’un milieu transparent de l’œil.

> L’hypermétropie de courbure cornéenne : dans ce cas, le défaut optique est une insuffisance de la courbure cornéenne congénitale (à la limite cornea plana), ou acquise (traumatisme ou chirurgie cornéenne pour myopie).

> Une hypermétropie de courbure cristallinienne est fréquente avec l'âge et explique l'hypermétropisation fréquente acquise vers 55 60 ans. Elle peut aussi être accompagnée d'un pic hyperglycémique.